Actualités

Anorexie : l'apport de la réalité virtuelle

Au CH Sainte-Anne, une recherche évalue l'impact de l'utilisation d'un logiciel de morphing sur la perception corporelle dans l'anorexie.

Une recherche sur l’impact d’un logiciel de morphing (transformation continue animée d’une image en une autre) dans le traitement des troubles de la perception corporelle (TPC) chez 100 adolescentes souffrant d’anorexie est actuellement menée par une équipe infirmière de l’unité d’hospitalisation de la Clinique des maladies mentales et de l’encéphale (CMME) à l’hôpital Sainte-Anne (Paris). Ce travail est financé par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) dans le cadre des Programmes hospitaliers de recherche paramédicaux (1).

La pratique évaluée consiste à proposer aux patientes 10 séances d’une heure avec une infirmière, à l’aide du logiciel Anamorphic Micro. À partir d’une photo numérisée de la patiente (en combinaison standard pour éviter les distorsions dues aux vêtements), il s’agit de l’amener à retrouver ses dimensions corporelles sur l’écran. La patiente effectue tout d’abord des réglages sur une silhouette pour faire apparaître la photo telle qu’elle se perçoit, puis elle visualise sa photo en dimensions réelles. Cette comparaison lui permet d’objectiver les écarts entre sa perception et les mesures réelles. La patiente peut aussi rechercher sa « silhouette idéale », ce qui permet à l’infirmière d’accéder à son idéal de minceur, voire de maigreur, et de repérer des cognitions erronées. En conclusion de séance, l’infirmière valorise la participation de l’adolescente et reprend les moments clés, qui sont consignés dans son cahier de suivi.

La recherche consiste en un essai randomisé comparant deux groupes, l’un pris en charge avec le logiciel de morphing, le second témoin. Les inclusions sont aujourd’hui terminées et l’analyse statistique est en cours. Grâce au succès et à la bonne acceptabilité de ce dispositif, il a d’ores et déjà été généralisé et intégré à l’offre de soins.

1– Le projet PIPA (impact d’une pratique de soins infirmiers centrée sur la perception corporelle dans l’anorexie mentale) a été retenu au titre de la première campagne de Programme hospitalier de recherche infirmière (PHRI) en 2010, actuellement PHRIP (recherche infirmière et paramédicale)


< Baisse du tabagisme en France
Un guide pour faciliter l'accessibilité >
Anorexie : l'apport de la réalité virtuelle

Rechercher une actualité

Partager cette page