Actualités

130 000 infirmiers libéraux peuvent suivre les patients COVID-19 par vidéo ou téléphone

Un décret, publié au Journal officiel du 20 mars, précise les conditions dérogatoires de prise en charge des activités de télésoin réalisées par les infirmiers pour les personnes diagnostiquées Covid-19

Le présent décret détermine les conditions dérogatoires de prise en charge des activités de télésoin réalisées par les infirmiers pour les personnes dont le diagnostic d'infection à covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement.

Ces personnes pourront bénéficier d'activités de télésoin même si elles ne remplissent pas les conditions de droit commun, notamment parce qu'elles n'ont pas réalisé au préalable une première consultation en présentiel avec un infirmier.

Ces activités de télésoin pourront être réalisées en utilisant n'importe lequel des moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (site ou application sécurisé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipé d'une webcam et relié à internet).

Lorsque le patient ne dispose pas du matériel nécessaire pour réaliser une vidéotransmission, les activités de télésoin pourront être effectuées par téléphone.

Le présent décret prévoit également une exonération du ticket modérateur sur les téléconsultations réalisées pour les personnes dont le diagnostic d'infection à covid-19 a été posé ou suspectées de l'être ainsi que pour les actes de télésuivi infirmier.

Pour Patrick Chamboredon, Président de l'Ordre national des infirmiers : « Le Ministère de la Santé nous a entendu. Ce décret relatif au télésoin, pour lequel nous avons réclamé la publication en urgence, permet aux 130 000 infirmiers libéraux de suivre à distance, par vidéo ou téléphone, les patients atteints de COVID-19, et ce, dans un cadre significativement et exceptionnellement assoupli afin de répondre aux enjeux de suivi et de surveillance du plus grand nombre. Ce dispositif présente également l’avantage d'éviter tout contact physique, et donc tout risque de contagion d'infirmier à patient, ou de patient à infirmier. 

La disponibilité du matériel de protection pour les patients reste une priorité : les infirmiers ont besoin d'au moins 1 million de masques chaque jour ! »


< Covid-19 : le Psycom propose des ressources
TOUS SOLIDAIRES CONTRE L'EPIDEMIE DU COVID-19 >
130 000 infirmiers libéraux peuvent suivre les patients COVID-19 par vidéo ou téléphone

Rechercher une actualité

Partager cette page