cgos impots2

Actualités

L'avénement de la cyberpsychologie ?

La réalité virtuelle peut-elle constituer un support de soin de l’acrophobie ? L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a lancé une étude sur l’efficacité de cette technologie utilisée en complément de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Le Dr Éric Malbos, spécialiste des thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV) au sein du pôle psychiatrie de l’hôpital de la Conception, coordonne la recherche : « Équipé de lunettes 3D et de capteurs, dans une pièce spéciale entourée de murs d’images très réalistes de 4 mètres de haut, le patient est plongé en totale immersion dans l’univers qu’il redoute (balcon, montagne, canyon…) ». Il interagit alors en temps réel avec des environnements virtuels puis avec l’aide du thérapeute, il affronte ces situations anxiogènes de façon progressive et contrôlée. Les résultats seront notamment évalués via la mesure de l’activité cérébrale : « Grâce à un service d’imagerie nucléaire, nous allons pouvoir mesurer scientifiquement, après les 8 séances programmées, les progrès réalisés dans ces environnements hyperréalistes conçus sur mesure pour les patients acrophobes. »
D’autres recherches sont conduites parallèlement sur l’efficacité du dispositif pour le sevrage tabagique, la claustrophobie, l’anxiété chronique, le stress post-traumatique et la dépression, faisant de Marseille un centre leader de la technologie immersive appliquée à la TCC. Selon l’hôpital, à terme, l’utilisation de la « cyberpsychologie » « va modifier durablement notre société et sa population et soulever des questions psychiatriques, scientifiques, artistiques et philosophiques sur la transformation qu’elle va opérer sur l’homme et son imagination sans limites. »


< Soins sans consentement : le non-respect du programme de soins peut entraîner l'hospitalisation complète sous contrainte
Handicap psychique : aider les familles à penser à l'avenir >
L'avénement de la cyberpsychologie ?

Partager cette page

Partager sur Facebook