Sainte Anne Form@tion

Actualités

Autoimmunité : mieux diagnostiquer la schizophrénie

Dans un article publié dans Frontiers in Psychiatry, les équipes de la Fondation FondaMental militent pour une nouvelle approche clinique de la schizophrénie, qui permettrait de mieux repérer les patients atteints d'une forme inflammatoire de cette maladie.

En effet, depuis plusieurs années, des travaux de recherche menés au niveau international ont démontré l'implication de dérèglements du système immunitaire dans l'apparition de nombreux troubles psychiatriques.
Dans le cas de la schizophrénie, des études épidémiologiques récentes ont révélé la forte prévalence de maladies auto-immunes et inflammatoires diverses chez les patients (diabète,  maladies cardiovasculaires...). D'autres travaux, menés également par les équipes de la Fondation FondaMental, explorent plus particulièrement les mécanismes auto-immuns (lorsque le système immunitaire d'un patient se retourne contre les cellules de son propre organisme) qui prennent pour cible des récepteurs cérébraux. A ce jour, les hypothèses les plus robustes suggèrent que ces différents mécanismes auto-immuns s'activeraient sous l'effet d'agents infectieux.

A l'appui d'une revue de la littérature, les équipes de la Fondation FondaMental plaident pour un meilleur repérage des patients atteints de schizophrénies dont la pathologie pourrait être en lien avec un dérèglement du système immunitaire.

L'enjeu : identifier un sous-groupe de patients plus homogène, pour accélérer l'effort de recherche et envisager des stratégies thérapeutiques nouvelles, adaptées à ce nouveau profil inflammatoire.

S'appuyant sur les données scientifiques, les auteurs proposent une approche innovante afin que soient pris en compte, dans la pratique clinique, les éléments suivants pour repérer les patients qui seraient atteints d'une forme inflammatoire de schizophrénie:

  • L'existence d'antécédents familiaux d'infections ou de maladies autoimmunes
  • L'absence de réponse ou la mauvaise réponse aux traitements dits « classiques »
  • La présence dans le sang de marqueurs biologiques d'immunité (identifiables par une simple prise de sang)

Les auteurs appellent de leurs voeux le soutien à cet axe prometteur de recherche qui pourrait permettre aux patients, dans un futur proche, de bénéficier de traitements plus efficaces et plus spécifiques agissant directement sur l’immunité.

Frontiers in Psychiatry. 2017 April 19.
The clinical challenge of autoimmune psychosis: learning from anti-NMDA receptor autoantibodies
Ellul P., Groc L., Tamouza R., Leboyer M.


< Phobies scolaires chez les grands adolescents : conférence gratuite à Toulouse
Psychiatrie : la loi française et la défense des usagers >
Autoimmunité : mieux diagnostiquer la schizophrénie

Rechercher une actualité

Partager cette page

Partager sur Facebook