elselvier guelfi

Actualités

68% des aidants ont une activité professionnelle

Dans un contexte de vieillissement de la population et de recul de l’âge légal de départ à la retraite, de plus en plus d’aidants de personnes âgées dépendantes exercent une activité professionnelle. Comment concilier aide et vie professionnelle ? A l’occasion de la Journée mondiale contre la maladie d’Alzheimer, la Fondation Médéric Alzheimer publie un baromètre sur les aidants de personnes âgées dépendantes, à partir d’une enquête réalisée par Kantar Public, auprès de 8 000 personnes, représentatives de la population française, âgée de 40 à 64 ans.

La Fondation Médéric Alzheimer s’intéresse tout particulièrement à cette génération dite « pivot », qui constitue un élément clé des solidarités familiales et combine souvent soutien aux enfants, aux parents et activité professionnelle.

Ce baromètre poursuit trois objectifs : décrire la situation des aidants (nature de l’aide, employabilité, …), connaître l’opinion des Français sur le soutien aux aidants informels et mesurer l’anticipation des situations d’aide à leurs parents et à leur conjoint.

Qui sont les aidants de personnes âgées dépendantes ?

La  génération  «  pivot  »  doit  gérer  trois  formes  d’engagement  :  responsabilités  familiales,  activité professionnelle et aide à un proche âgé en situation de perte d’autonomie.

Comment concilient-ils aide et activité professionnelle ?

– 68 % des aidants ont une activité professionnelle
– dont 55 % travaillent à plein temps et 13 % à temps partiel

Il est à noter que les aidants ont le même taux d’insertion professionnelle que les non-aidants. Les aidants en emploi se déclarent plus fréquemment en bonne santé que les autres aidants (72% vs 67%) ; cela s’explique par ce que les épidémiologistes appellent le « healthy worker effect ».

– 20 % des aidants déclarent que l’aide apportée a eu des conséquences sur leur vie professionnelle, qu’ils soient ou non actuellement en activité.

Quelle est l’opinion des Français de la génération pivot sur les aidants ?

L’ensemble des répondants souhaite une forte implication de l’Etat et une plus grande solidarité au sein de l’entreprise.

– 91 % des personnes interrogées pensent que l’Etat devrait d’avantage soutenir les aidants (congés payés, indemnités, formation…),

– 83 % pensent que les entreprises devraient davantage soutenir et accompagner les salariés aidants.

Comment anticipe–t-on l’idée d’aider à un proche ?

Les Français sont davantage prêts à s’investir dans l’aide pour leur conjoint que pour leur parent

– 94 % des personnes interrogées sont d’accord pour aider régulièrement leur conjoint contre 76% pour un parent,
– 73 % seraient prêts à faire évoluer leur vie professionnelle pour aider leur conjoint contre 35% pour leur parent,
– Et pourtant 70 % des Français de la génération pivot souhaitent s’investir pour éviter à un parent d’aller en maison de retraite, même si seuls 37 % se disent prêts à l’héberger.

  • 2e Baromètre de la Fondation Médéric Alzheimer « Aider un proche en situation de perte d'autonomie : portrait des aidants et souhaits des Français. » Septembre 2017, Fondation Médéric Alzheimer, réalisé avec Malakoff Médéric et Klésia. A télécharger en PDF ici


< Intoxication à la cocaïne : point d'information
Alzheimer : "Mes pensées sont des papillons" >
68% des aidants ont une activité professionnelle

Rechercher une actualité

Partager cette page

Partager sur Facebook